Enseignement apprentissage du français en Algérie - Le fennec déchaine
Samedi, 03-Décembre-2016, 17:40
Bienvenue Visiteur | RSS

Le Francais Langue Etrangere en Algerie

Statistiques

En ligne: 1
Visiteurs : 1
Membres: 0

Le fennec déchaine

Conseils et recommandations pour le compte rendu objectif et critique :une piste Synthèse des travaux de la rencontre pédagogique du 16-02-2011 au lycée El Moutanabi de Besbes dans la wilaya d'El Tarf
Encadré PAR Mr B.Youcef professeur agrégé.


I- L'introduction.
1.Présenter le contexte.
Exemples:
-dans son article paru le 04 juin 2009dans le journal( la revue , le magazine )"...."
-dans un extrait de son livre "...."édité en 2009....
2.Précisez l'action et l'intention de l 'auteur.
Exemples
* x.. évoque ...... afin de ....
* x ..rapporte le témoignage de ....... afin de dénoncer les méfait du colonialisme ....
* x..argumente afin de convaincre le lecteur de (que)...........
* x..rapporte les arguments des partisans et des détracteurs des OGM afin d'informer le public sur le débat présent autour de ce thème.......
* x. décrit la situation dramatique des africains malades du sida afin de sensibiliser (exhorter)le public(l(humanité-l(opinion publique )à agir en faveur d ces populations démunies et abandonnées.
II.Rapporter les idées essentielles au discours indirect.
a-Le sujet parlant(l'énonciateur):
l'auteur ......il (elle).........Le (la) journaliste ........l'historien.......cet humaniste .....ce défenseur des droits de l 'homme.
b- Les verbes introducteurs .
pense que....informe que....affirme que .... déclare que .......raconte que .......rapporte que ..........ajoute que
explique que ....conclut que ....refuse que .... proteste que .....conteste .... dénonce..... condamne.....accuse ....déplore. etc...
c-Les articulateurs logiques.
D'abord.......puis ......ensuite ..dans le second paragraphe ...........enfin........
III-Énoncer son point de vue .(dans le compte rendu critique)
-Personnellement je pense que ....je ne pense pas que .....
-Je partage la thèse (l'opinion , le point de vue ) de l auteur
- Je ne partage pas ....
-A mon avis ....à mes yeux , je vois ...etc
NB: les exemples sont donnés à titre indicatif mais relevant des objectifs d'apprentissage de la 3eme as .
et bon compte rendu
Nous attendons vos remarques sur le forum n’hésitez pas.

 
De la mesure , encore de la mesure, toujours de la mesure et ça ne serait plus démesure
Les notes servent à quoi au juste ? Pour beaucoup, il s'agit de contrôler les connaissances et de sanctionner l'aboutissement d'un apprentissage .Exact ce n'est pas faux .Mais elles ne sont pas que ça ,ce sont aussi une façon d'encourager les apprenants et une manière de revoir son enseignement pour le prof. En donnant une mauvaise note ,certains "'les enseignants "s'en veulent et veulent aux élèves,une minorité ça leur est égal,d'autres se mettent en colère , alors que d'autres sourient, rigolent et s'en moquent de leur propre produit. Pour les élèves , quand vous distribuez les notes saviez vous qu'a partir de là , certains vous détestent , d'autres n'osent rien dire , peu vous adorent (c’était pas le cas avant pour le français )un grand nombre s'en fiche mais y a aussi ceux qui protestent. Quand vous rendez un devoir aux élèves ;il se peut etc'est rare , voire impossible de commenter chaque copie,par contre la majorité soit ils commentent les copies dans leur ensemble ou ne font aucun commentaire . Si les élèves n'ont pas eu de bonnes notes, la plupart se disent qu'ils sont nuls(ça devient comme une idée reçue )et encore que le niveau baisse ( mais pourquoi).Ceux qui s'auto évaluent peuvent avec courage se dire que le sujet a été mal choisi et que mon enseignement n'a pas abouti ou que l 'on a mal noté . Ce qu'il faut mesurer c'est la compétence de communication dans une langue étrangère elle même implique des compétences linguistiques ,culturelles et autres. Enfin de compte que nos élèves fassent des erreurs , qu'ils n’arrivent pas ou plus à produire un écrit cela ne choque pas et ne prouve pas aussi qui'ils ne sont pas à la hauteur, plutôt ça montre que mon enseignement est à revoir et doit etre amélioré .Vous avez bien compris qu'il s'agit d'évaluation.
 
Entraîner à l'écrit
Comme son nom l'indique , il s'agit d’entraîner l’élève à écrire,c'est à dire l'amener à produire personnellement un écrit.
Nos élèves , pour la majorité n'ont pas les outils nécessaires (mots lexicaux et mots grammaticaux ) pour se permettre une production écrite.
La séance de l 'entrainement à l 'écrit vient peut être combler ce déficit flagrant et aidera certainement l 'apprenant à aller de l'avant si cette séance est dispensée convenablement .
Pour beaucoup , c'est un constat , cette séance est consacrée à des activités de langue (lexique et syntaxe ) sans pour autant cibler l'acte d’écrire.
Ces activités de langue certes sont le propre pour doter l’élève d'outils langagiers mais que cela doit être pris dans le sens d’entraîner à l 'écrit c'est a dire déclencher chez l 'élève la disposition à écrire à produire .
Par le biais d'exercices de réinvestissements , de réemplois , de mise en contexte , de complétion , à trous ,. l’élève à la rigueur pourra atteindre l 'objectif de produire en semi autonomie sa propre production..Les mots lexicaux et grammaticaux vus ou acquis pourraient être le projet d'une ou de productions persos à condition que le tout soit exploité à bon escient .
Un exemple
Pour manipuler un lexique relevant de l'argumentaire , la polémique , le débat et autres, l 'apprenant après avoir eu une liste exhaustive de mots expressions et tournures peut les mettre dans des situations réelles , est c'est le rôle et l' objectif de cette séance :à quel place dans sa phrase dans son paragraphe dans son texte l’élève peut introduire ces éléments dans son écrit.
A voir les copies d’élèves dans l évaluation sommative et ou certificative , l'on s'en tire les cheveux en affirmant que l 'élève est noté sur 13 au lieu de 20 car 60 pour cent voire plus des copies sont sans la production écrite et même si l’élève essaye de faire une production , ce ne sont que des bribes de mots français agencées les uns aux autres ; et difficilement déchiffrables.
Donner plus d'importance à l'entrainement à l 'écrit , mènera l 'élève au moins à écrire , à exprimer en phrases sa pensée.
Mais il parait que l'oral a dominé et encore qui parle français parmi nos élèves! .Donc nous n’avons gagné ni l'un ni l autre .

 

Galère avec la série lettres et philo

    Les enseignants ayant en charge des élèves de la série lettres et philosophie ne savent plus à quel saint se vouer.

    A lire les résultats des devoirs du 1er trimestre et à   la différence avec les séries langues étrangères et filières communes, il y a bel et bien des disparités énormes, de la fumée dans l’air : les notes sont catastrophiques .Ne dramatisons pas et ce n'est pas au point de baisser les bras.

    Le français, langue étrangère, statuons la ainsi, elle l’est déjà voila des années, est de nos jours une langue répulsive chez la majorité de nos apprenants, elle est boudée de tout part dans nos établissements car elle n’est plus cette langue jadis véhiculaire, parlée partout .Le bain linguistique riche il y a quelques années est devenu stérile. Comment en est on arrivé là ? A mon avis plusieurs facteurs étaient favorables à cette chute vertigineuse de l’enseignement du français dans nos établissements.

D'abord d'ordre extra scolaire, l’ influence nous vient de 36000 kms au dessus de nos têtes, les fameux nilesat et arabsat ont détourné nos jeunes d'un bain linguistique  qui a propulsé le français au bas fond; Avant on regardait sur  l'unique des films et des documentaires dans la langue des Dupont en VO.En début de soirée tout le monde baignait dans cette langue  et forcement on cherche à l apprendre . Aujourd’hui ce n'est plus le cas, les films anglais  sous titrés ont remplacé les films français .

 Ensuite d'ordre scolaire et pédagogique. 

Le corps constituant  les enseignants de français recruté dans les années 1975 surtout a vu l 'arrivée  d'enseignants dans le cycle primaire qui  avouons le n’était pas capables de dispenser un enseignement de qualité , ils ont fait de leur mieux surtout dans les zones rurales , mais l 'impact de ce recrutement a fait un recul quant à la l'enseignement du français , nous n'en voulons pas à nos chers instits qui se sont vus pour beaucoup enseigner en même temps au titre de maître unique le français et l 'arabe . Démographie galopante, les décideurs ont fait dans la quantité au dépend de la qualité. Ce sont la peut être les raisons qui ont vu la régression de l’enseignement du français.et  beaucoup encore

Revenons au sujet en question statistiquement nos élèves le disent clairement à quoi sert d'apprendre une langue qui ne me servira pas à grand chose, ont il raison ou tort ?  Enfin de compte peut être légitime comme raisonnement.

Essayons objectivement de répondre aux questionnements de la majorité des enseignants 

Comment travailler avec cette nouvelle donne et avec des élèves confrontés en fin d'année à une évaluation certificative (le bac) qui certainement les sanctionnera négativement.

L’enseignant en 3ème As est entre le marteau et l' enclume, il a un programme à faire avancer, un programme à terminer dans les délais, ceci d'une part et des élèves d'autres part qui ne sont pas aptes, voir disposés à être formés dans cette langue , ils la rejettent en quelque sorte car  ils n'ont pas tout simplement les moyens et le bagage linguistique  pour suivre.

L’enseignant dans ce cas peut plus au moins essayer d’autres situations d’apprentissage, multiplier les activités décrochées dans sa classe, opter pour des supports attrayants et simples, user du ludique, faciliter la formulation de son questionnaire, donner des consignes claires et précises et surtout pratiquer la pédagogie différenciée.

De cette manière on impliquera peut être l’élève ce n’est pas facile certes mais l’essayer n’est pas aussi difficile..Ouvrons le débat et discutons .


   28-04-2010              Le partage vous dites!!!!!!!!!!!!!!!                                                
 Avec l'avènement du net, il est très facile de nos jours de dénicher une fiche par ici, une autre par la et le tour est joué : reproduction intégrale en classe. Réfléchissons un tout petit peu et disons que ceux qui impriment la veille un cours tout  cuit, tout fait pour le calquer demain matin dans sa classe, ne sont  ils pas conscients des ravages qu'ils peuvent occasionner à l'encontre de leurs élèves. Comment se fait il qu'une leçon préparée par un enseignant d'Alger ou de Tizi,sera collée , gavée , reproduite pour des élèves d'Adrar ou de Djelfa? 

 Des sites proposent même des devoirs et des compostions qui sont de même présentés pour ces pauvres apprenants à leur gré. Une fiche messieurs, mesdames  est strictement personnelle, il s'agit d'une préparation  selon le niveau réel de ses élèves. Il y a tout un travail qui doit se faire en pré pédagogique. En plus, il est indéniable de  dispenser un enseignement efficace et efficient pour la simple raison est   que nous n'avons pas pris la peine de  préparer,  nous n'avons pas planifié, nous avons juste copié et de là présenté un cours. Beaucoup postent sur le net des fiches de bonne volonté soit ils mais ils ne savent pas qu'ils sont entrain de semer la médiocrité à tout vent, c’est plutôt un orage dévastateur à l encontre de ces élèves. On tue aussi chez les jeunes qui arrivent dans la corporation la créativité, le désir d'apprendre pour bien faire. Mais hélas, on n y peut rien devant ces bienfaiteurs au nom de partager pour évoluer, on n’évolue pas ainsi messieurs, on stagne non on recule plutôt. Cela va de la conscience de chacun et surtout de  la part de certains enseignants maitrisant l'outil informatique  qui ont conçu des blogs ou des sites qui ne prennent en charge que le téléchargement des fiches , des devoirs et des compostions sous le signe du partage et du travail collaboratif.

Non, ce n'est ni l'un ni l'autre, le partage doit se faire dans la démarche  à faire en classe ,  dans la manière  de mener un cours, dans l’échange des documents d’appoint .Le travail collaboratif est de chercher en groupes entre collègues des meilleures façons de procéder en classe , collaborer c'est aussi aider l'autre pour combler ses besoins , ses lacunes et ses insuffisances .L’aider avec une fiche est aussi participer à l’assistanat de certains que de les faire évoluer personnellement.

   Ensemble , boudons ces fiches, ne les reproduisons pas en classe, reformulons , préparons nos propres fiches car nous connaissons mieux nos élèves que celui qui a préparé cette fiche .

 
 25-04-2010                     Mea Culpa 
Image Webmaster gif animé webmaster Que dire de ces profs qui font tout, tout seuls en classe.
     Ils sont nombreux ceux et celles qui font d'une séance un enchainement expéditif de connaissances sans se soucier des conséquences néfastes et destructives quant au devenir de cette génération qui fera l'algérien de demain.
    Prenons un exemple  bien précis d'une activité de langue .D'abord on fixe au tableau des énoncés , des phrases isolées  qui n'ont aucun rapport thématique les unes  aux autres. Puis on met l'accent bien évidement sur l'objectif assigné à la séance mais on ne conceptualise pas, on s'aventure dans des explications d'une règle grammaticale sans issue.On passe à l'application .Enfin on corrige.Voilà  c'est plutôt ainsi que se déroule l'expédition improvisée et  pale , et la séance s'achève.
    Ce cours , magistral à mon sens , n'offre aucune initiative  à l'apprenant .
    On doit par contre  créer des activités qui peuvent permettre l'action des élèves.Ne dit-on pas maintenant qu'ils doivent être acteurs de leur propre apprentissage .
   Dans une activité de langue  , les apprenants doivent identifier eux mêmes le corpus et le fait de langue à prendre en charge:les textes étudiés lors de la compréhension de l'écrit feront l'objet d'énoncés et de supports,et ce n'est pas au professeur d'exposer , de fixer des phrases au tableau.
   Prévoir des activités de manipulations ,de réemplois, de mise en contexte ou en situation et de transfert est le propre de l'enseignement apprentissage .
 ça ne sert à rien finalement , on n'ira nul part avec la transmission pure et simple voire expéditive des règles de grammaire car tout simplement on a ni manipulé,ni transféré ni réemployé.
  Ne jamais procéder par des énoncés hors contexte  , ça limite considérablement les performances de l'élève à voir clair même à induire , réfléchir sur le pourquoi et le comment de l'emploi de ce fait  de langue dans une situation de communication.
  Le mieux indiqué dans ce cas est le recours  aux supports déjà étudies ou a défaut de mini textes en rapport étroit avec la thématique  déjà vu auparavant.
La mise en situation d'autonomie ou semi autonomie permet à l'apprenant de chercher , de travailler de s'épanouir en tout s'il est orienté par un questionnaire pertinent de l'enseignant.
Conclusion , ne soyons pas partisans du magistral, concevons plutôt la langue dans sa formalité et sa structure au  profit de la compréhension  pour enfin la rendre opérationnelle. A.Z

Du 20-04-2010
Comme d'habitude Said prépare une surprise pour ses apprenants .Ce matin après avoir mis au point sa stratégie qu'il a créée la veille.Il se dirige droit vers sa classe , il ne traine pas dans les couloirs ,il jette juste un bonjour à ses collègues , il ne discute pas.Ponctuel , il entre dans sa classe sans attendre, il commence sa séance , cette fois l'air très sérieux , il râle auprès de ses élèves , râleur d'habitude il ne l'est pas.Beaucoup d'élèves se demandent si leur prof chouchou avait pris son café ce matin là ou bien avait- il passé une nuit cauchemardesque après avoir pris la veille un plat piquant bourré de féculents .
         Il n'en est pas de tout cela.
   Said interpelle ses élèves " un petit larcin a été commis hier soir dans le labo , quelqu'un a piqué les oranges achetées par le professeur de sciences pour  faire une expérience scientifique  ." dit-il.
   "je vais démasquer le coupable ,car j'ai l' indice qui me permettra de découvrir ce voleur "ajoute -t-il.
        Très attentionnés ,attendant la suite , les apprenants ,la peur au ventre, s'attendent  au pire.
   "j'ai en ma possession un cheveu,c'est celui de l 'élève de la classe qui a volé les oranges , c'est mon indice. Préparez- vous à arracher  un cheveu et de le mettre sur la table.."
    "Et que chacun mesure son cheveu , travaillez ensemble , faites attention , si vous vous trompez , ça peut être vous le coupable , demandez de l'aide , n'hésitez pas à me consulter à chaque fois,entraidez -vous, échanger le cheveu et que votre camarade mesure le vôtre ."
        Les élèves ont la trouille  , ils s'ingénient à mesurer ce maudit cheveu qui, peut être les rendra coupable , quelle honte !
 On demande de l'aide ici et là, on a  peur que le cheveu soit identique à celui en possession de Said.
        Said fait le va et vient dans les rangs , attentif à la tache qu'effectue tout un chacun.Il aide tout le monde , il répond aux interrogations de chaque élève .Il râlait en arrivant en classe ce matin ,il  ne l'est plus , il jette un sourire par ici ,un autre là bas, bousculant l 'un et l'autre pour bien faire la tâche demandée.
        Il est présent dans sa classe Said mais il s'efface parfois complètement  laissant ses élèves faire.On ne sentait pas sa présence  mais tout le monde sait qu'il est là .
     On travaille , on s'entraide, on échange , on se déplace même dans sa classe , il leur a permis dés la rentrée de septembre de le faire en toute liberté si cela entre dans le cadre du travail demandé.Zine le cerveau de la classe est  toujours pris d'assaut par ses camarades , chacun veut vérifier avec lui  que son calcul est juste .
    A la fin de la séance et après que tout le monde ait mis la main à la pâte , le matheux , tout  content du travail de ses élèves , les remercie en leur disant:"Merci mes chers,  vous avez bien travaillé , vous avez bel et bien appris ce jour à mesurer la courbe et que personne a volé les oranges car tout simplement il n'y avait pas d' oranges dans le laboratoire , l'intendant n'as même  pas pris la peine de les acheter ."
   Moralité
  Allez demander à ses élèves même après 50 ans , ils se rappelleront certainement comment mesurer la courbe ,en tout cas les  élèves de Said n'oublieront jamais ce cours .Said a eu son surnom ,il est le Colombo de l 'Établissement  on l 'appelle ainsi depuis .
     Hors norme vous dites cette classe , mais non Said a juste créé , innové ,il a laissé ses élèves faire ,il n 'as pas donné la règle , il a juste mis ses apprenants dans une situation problématique casse tète et il est arrivé à son objectif attendu :Mesurer la courbe ici et maintenant.

A vous maintenant
Déterminez dans  cet écrit?
   -La situation problème -La mise en situation.                                               
  -L' interaction ( rôle des élèves). 
   -La motivation.
   -La situation d'intégration .    
  -Le rôle du professeur.


 L’Edito, fait réagir. J’ai reçu pas mal de courriels en ce sens  Légitime, dirais je la réaction de certains. Mais une réaction une seule m'a fait aussi réagir et de quelle manière!!!  .je cite "je ne veux pas faire le travail d'autrui, je ne suis pas responsable de ce que doit   faire l’autre, j’ai un programme à exécuter et j'en reste là".
je me pose la question à moins que je me trompe, comment se fait il que l'on vienne en classe pour exécuter un programme,  sachant mieux que tous que mon auditoire n'a pas les moyens
 de me suivre.  je n adapte même pas le programme avec le niveau réel de mes élèves,
je ne fais que parloter ,bavarder, et quitter les lieux une fois terminé
  mon speech sans se soucier de ces innocents qui ne sont là rien que  pour apprendre même si je sais très bien que l'autre n'a pas fait son boulot.
  je ne fais qu'attendre la bruine et je conjugue toujours le même verbe  


A propos de la consigne  

Communément tout le mode est d'accord pour affirmer qu'elle doit être claire , précise , brève et concise .c'est tel un refrain 

La consigne  il s'agit bien de cet ordre ou instruction donné par l'enseignant à l 'apprenant dans le seul but est exécuter une tache.. La bonne consigne va de la réussite de celui qui la donne , si elle est comme elle doit l'être , elle fera de très bons élèves avec un devenir espéré , si elle ne l'est pas, elle participera à multiplier le nombre de cancres dans nos classes   et ainsi faire de l' avenir de nos enfants un tunnel sans sortie .

 A t on posé  parfois la question pourquoi ça ne marche pas dans ma classe?tout bonnement ma consigne n'est pas claire ou mauvaise ou qui induit les mômes en erreur et c'est raté ,c'est gâché.

La consigne est le propre de l'enseignement,une bonne consigne fera du bonheur à mes élèves ,et fera malheur si elle est mauvaise.

 Attends la bruine et sème à tout vent  c'est aussi la consigne de l'edito


Prenons deux exemples différents de deux 
séances de la compréhension de l'écrit .
1ère séance dans une classe X
20 mn ; étude du paratexte et des éléments périphériques sans même dégager une hypothèse de sens 
10 mn :Lecture silencieuse sans consigne 
20 mn ;explication linéaire ,du mot à mot,
10 mn:les élèves scriptent ce qui figure au tableau moment d'écriture
 La suite prochaine séance avec le même rythme et la même cadence

2ème séance dans une classe Y
05mn;etude du paratexte les élèves
 arrivent a dégager des hypothèses de sens 
5 mn ; lecture silencieuse avec une consigne
 claire (un repérage d'indices qui servira dans la compréhension par la suite, tout dépend
 de l'objet d'étude.)
20 mn:Travailler la situation d'énonciation (le QQQOCQ qui, à qui , quoi ou, comment ,quand).c'est ce qu'on appelle l'énonciatif
20 mn:travail sur le procédural  comment
 l'auteur a t il procédé pour dire son texte,
comment il le dit avec quels mots lexicaux
 ou grammaticaux et pourquoi il le dit (la visée)
10 mn Vérification avec un plan de texte ,un résumé ou toute autre tech d'expression.
La séance est bouclée  au suivant

Alors si vous êtes dans la classe Y 
 persévérez, créez,  innover
 vous êtes sur la bonne voie et travaillez
  à haute voix.
Mais si vous êtes dans la classe X 
changer de camp, passez à la classe Y
 vous allez avoir le résultat et vous
 terminerez le programme à temps
 mais si vous trainez dans la classe X 
vous n 'arriverez jamais à dispenser
 un bon enseignement apprentissage
car vous gérez mal votre volume horaire.
 

Avec l’avènement du net,les documents sonores(vidéos et audios) pullulent  et prennent une place importante dans le champ médiatique ,exploiter en classe  ces documents est plus facile de nos jours ,car à mon avis les moyens existent dans la majorité des établissements (ordi et data show pour ne citer  que ces deux outils nécessaires  à la prise en charge de l’oral en classe).
Sur youtube,Daily motion le choix est considérable ,il suffit de télécharger un document répondant  à la thématique proposée par les programmes officiels et le tour est joué. 
Le recours aux documents authentiques et  surtout d'un natif sont les mieux indiqués pour répondre aux besoins d'une séance de l 'oral.
Une séance de l'oral doit se faire à partir  de l’écoute ,car l'objectif premier est d’apprécier la langue dans sa globalité(intonation,groupes rythmiques , prosodie ,accentuation,articulation , registre de langue).mais aussi développer l’écoute et comprendre des énoncés oraux qui aboutiront par la suite à une autonomie et ce sont la des compétences de l'oral.
Mais faute de moyens ,l'oral est relégué au dernier plan ,ou l 'on se contente de la lecture magistrale de l’enseignant d'un texte écrit, déjà des le départ on ne fait que lire un texte , on n' a plus affaire à une séance de l 'oral.En plus en attendant l'evaluation certificative de l’épreuve orale .
la compréhension orale selon les dire de spécialistes est la bête noire de tout enseignant de langue .certes  ,mais un effort de la part del 'enseignant peut amener l'apprenant à comprendre un énoncé oral.
.Pourtant la démarche est simple ,facile à entreprendre en classe
Cette démarche consiste à :
· Une première écoute pour une première exploitation.
· Une deuxième écoute pour une compréhension globale.
· Une troisième écoute : celle-ci doit être découpée pour une bonne exploitation et une meilleure acquisition.
La 3eme étape va permettre de reproduire le contenu et de faire le transfert et le réemploi immédiatement
La première écoute
Après une phase de sensibilisation créée par l’enseignant, on demande aux apprenants d’écouter le document sonore. On donne les consignes d’écoute pus on fait passer le document sans interruption une seule fois.
On essaye de dégager la situation de communication par de simples questions, mais laissons les apprenants retrouver par eux-mêmes cette situation de communication .La vérification se fera en deuxième écoute. On doit aussi notons bien accepter même les réponses approximatives.
L’apprenant, plus au moins, peut à partir de cette écoute reconnaitre le lieu ou les lieux, les personnages participants -les actants s’il s’agit d un récit les différents participants dans le cas d’un débat-.
Cette première phase permet à l apprenant une reconnaissance globale du contenu du document sonore »la thématique ».
La deuxième écoute
L’apprenant a déjà écouté le document sonore et le travail effectué après la première écoute, son attention va être attirée et fera plus au moins attention à cette deuxième écoute car la curiosité de découvrir de quoi il s’agit est la.
C’est le moment de travailler la compréhension orale proprement dite, une compréhension globale plus détaillée qui consiste à faire reconnaitre les constituants immédiats du document sonore .une fois mis en place on passe a la troisième écoute, celle-ci sera la phase de verification de ce qui a été vu.
La troisième écoute
C est la phase de l exploitation et de l’acquisition
On passe le document par des extraits ou morceaux (des unités logiques bien sur pas trop longues) et on fait parler les apprenants une même question comme consigne revient a chaque fois, et en principe les consignes sont déjà la, l enseignant n as pas a les répéter a chaque fois .on continue jusqu’ a la fin de cette manière. Et c est la compréhension en profondeur du document sonore n 'oublions pas les traces écrites au tableau mais juste le nécessaire.
Il faut noter aussi que l’ enseignant ne doit pas trop s’impliquer en classe car on a tendance a beaucoup parler sans cesse et sans laisser le temps aux apprenants de s’exprimer ,et que parfois ce  sont les enseignants qui bloquent les apprenants dans la prise de parole , pour cela il faut apprendre à les écouter ,à les encourager à prendre la parole et c’ est  ni tapu ni kapu enfin  tabou de parler français en classe .Et bon oral zzzzzzzzzzzzzz
  •      Les objectifs de la compréhension orale par ici


Formulaire de connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Recherche

Copyright MyCorp © 2016